Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 août 2019 4 01 /08 /août /2019 06:55

 

Le synopsis de Presque Lune :

« Les Van Mergaerts sont à la tête d’une lainerie florissante depuis plusieurs générations. Toute la famille vit dans le luxe grâce aux profits dégagés par la manufacture. Mais lorsque la modernité fait son apparition avec l’arrivée d’une nouvelle machine, les problèmes s’accumulent annonçant le déclin de la prospérité familiale… »


Un hollandais dans la BD. On savait pour les Belges. Surtout les francophones. Mais les Hollandais…Et pourquoi pas ? Visiblement ils ont de l’idée et du talent. C’est un très élégant et très intéressant roman graphique que nous propose Aaart Taminau. Il nous narre une histoire de famille. Une saga familiale. En effet c’est en découvrant les cassettes autobiographiques de son grand-père qu’Aart Taminiau décide d’écrire l’histoire de l’entreprise familiale déboussolée par la révolution industrielle. Eh bien c’est une bonne idée parce que c’est passionnant. On découvre une époque et un pays qui nous échappe un peu. C’est très intéressant graphiquement. C’est très travaillé pour la mise en page. Joli livre à découvrir.

 

Aart Taminiau est né en 1982 en Hollande. Il est cinéaste et créateur de bandes dessinées. Il a dessiné des histoires pour les magazines de bandes dessinées d'Amsterdam Wat Wil West et Oeverloos. En 2014, il a été l'une des créateurs de De kraker, de agent, de jurist en de stad (« Le Squatter, le policier, l'avocat et la ville »), un roman journalistique graphique sur les problèmes du mouvement des squatters. Taminiau a dépeint des entretiens avec la police, en les colorisant en bleu. Son premier roman graphique Wol (« Laine »), sur la disparition d'une dynastie textile, a été publié fin 2016.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 06:55

Une vidéo ce matin de Shigenori Soejima. Pour le connaître mieux et surtout pour ceux qui ne seraient pas des joueurs.

Shigenori Soejima est un artiste de jeux vidéo japonais, surtout connu pour son travail dans la série de jeux vidéo de rôle Persona de Atlus. Inspiré dès son plus jeune âge en tant qu'artiste, il a d'abord joué dans des rôles mineurs dans plusieurs jeux après avoir rejoint Atlus. Sa première œuvre majeure est son apport dans le jeu de rôle : Stella Deus : The Gate of Eternity en 2004.  A partir de Persona 3  en 2006 il prend la place de son mentor Kazuma Kaneko en tant que designer des personnages. Une référence.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
26 juillet 2019 5 26 /07 /juillet /2019 06:55

 

Le synopsis de Mana Books :

« Joker, Morgana, Ryuji, Ann ou encore Futaba… Redécouvrez les personnages et l’univers coloré du dernier chef-d’œuvre d’Atlus, dans l’Artbook officiel Persona 5 ! Concept arts, story-boards et autres croquis inédits constituent une bible visuelle ultime, commentée par Shigenori Soejima, le directeur artistique de la série ! Paru en 2016 au Japon, Persona 5 est considéré comme l’un des meilleurs RPG de tous les temps… ».

Un petit Artbook. Enfin ! Petit…Non. C’est brillant. La fine fleur se met au dessin et c’est flamboyant. On aime ou pas mais c’est déjà conceptuellement intéressant. Cela fait du bien aux yeux. Et puis comme c’est commenté par Shigenori Soejima cela ne peut pas faire de mal. Il y a plein de qualité graphique à trouver dans cet album. Et c’est ce que nous cherchons tous.. Prolonger le plaisir.

Shigenori Soejima est un artiste de jeux vidéo japonais, surtout connu pour son travail dans la série de jeux vidéo de rôle Persona de Atlus. Inspiré dès son plus jeune âge en tant qu'artiste, il a d'abord joué dans des rôles mineurs dans plusieurs jeux après avoir rejoint Atlus. Sa première œuvre majeure est son apport dans le jeu de rôle : Stella Deus : The Gate of Eternity en 2004.  A partir de Persona 3  en 2006 il prend la place de son mentor Kazuma Kaneko en tant que designer des personnages. Une référence.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 06:55

 

Le synopsis de Steinkis :

« Chine, 1966. Issu d'une famillle de lettrés, Chongrui Nie est directement visé par la Révolution culturelle : il ne fera pas l'école d'arts dont il rêvait mais sera envoyé dans une usine d'armement de la province de Shanxi à Guancen Shan. Saisi par la beauté de cette région montagneuse et par la sincérité des paysans, Chongrui Nie parvient à s'épanouir dans ce qui aurait pu être une épreuve. Il dessine tout, tout le temps, paysages, statues de temples, scènes de vie, machine-outils... Depuis, cette montagne l'a rappelé à lui à deux reprises. Son crayon décrit avec virtuosité les dérives de la Révolution culturelle, l'industrialisation à outrance, l'exploitation sauvage des ressources et un pays qui se transforme... ».

 

Au loin une montagne représente trois ans de travail et constitue la première œuvre intime et très personnelle de Chongrui Nie. Steinkis a choisi de nous le présenter en format à l’italienne. Oncle Fumetti aime bien les formats à l’italienne. Le Vieux ne s’appelle pas Fumetti pour rien. Cet album est intéressant à bien des titres. C’est beau. Le trait est classique et puissant. On le connaissait depuis le Juge Bao. C’est aussi une chronique des années de la Chine sous Mao. Bref une œuvre passionnante qui se lit et se regarde. A découvrir. C’est un format 300 x 210 en noir et blanc. 264 pages. A l’italienne. 26 euros. Rien quoi !!

 

Chongrui Nie a 23 ans au moment de la Révolution culturelle. Il est contraint d’abandonner ses aspirations artistiques pour travailler  dans la VIème Compagnie Nationale d’Architecture de Pékin, en tant que simple ouvrier.  Jusqu’en 1979, année où il rejoint la manufacture de diapositives de Pékin qui recrute des artistes pour lancer une campagne de propagande.
Pendant seize ans, et profitant de son temps libre, Nie parvient à faire éditer ses bandes dessinées en lianhuanhua (petit format traditionnel chinois) et ses illustrations dans des magazines. Puis il devient éditeur et publie désormais professionnellement. Il fait ses premières apparitions en  France en 2010 avec le premier album (il y en aura 6) de la série Juge Bao aux éditions Fei. Chongrui Nie vit aujourd’hui près de Paris. Au loin une montagne représente trois ans de travail et constitue sa première œuvre intime et très personnelle.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 06:55

 

Le synopsis de Glénat :

« L’un des plus grands auteurs de BD nous donne une leçon. Dans les années 1970, alors que Roger Brunel s’apprête à publier sa première BD de 13 pages, « Graphos et Mandou », dans Spirou, le grand André Franquin lui fait l’honneur de le conseiller, de corriger et de croquer à sa façon les cases choisies par lui de ses premières planches. Il lui envoie alors 19 pages de crayonnés magistraux accompagnés de textes d’explication imparables… Ne pouvant les garder que pour lui, Roger Brunel nous fait le plaisir de partager avec nous cette « leçon de BD » du maître, avec l’espoir qu’elle serve à tous les auteurs... et ravisse tous les amateurs de bande dessinée et les fidèles du Maître. »

 

 

On ne présente plus André Franquin. C’est un des plus grands dessinateurs de BD. Les classés tous n’auraient pas de sens mais il a énormément apporté. C’est un fait certain. Relire ses livres. Regarder ses planches et les apprécier. Nous faisons tous cela. Sans parler des thèmes, des scénarios. Des personnages aussi à étudier. Ils ne sont pas si naïfs et enfantins que l’on veut bien le penser de prime abord. C’est donc un régal de lire ce livre. On se replonge dans la Magie de Franquin. C’est commenté et accessible. On ne va pas en faire de trop dans la série de superlatifs et dans l’étalage de louanges. Juste lire et apprécier.

Franquin naît en 1924 à Etterbeek en Belgique.Tout d'abord un trait et un style très identifiable. André Franquin a été aussi un mentor pour beaucoup de jeunes dessinateurs qu'il conseilla et encouragea. On parle ici de Jidéhem, Roba...Il aura mis le pied à l'étrier à bon nombre de créateurs directement ou non. Les personnages qui nous laissent sont incroyablement différents et aussi riches. Il est traduit en 24 langues dont le chinois et l'indonésien. Preuve s'il en fallait de l'importance du Maître. Il nous quitte en 1997 à Saint Laurent du Var.

Roger Brunel est né en 1944 à Valence. Il étudie aux Beaux-Arts de Grenoble. Maquettiste dans la publicité, il fonde sa propre société, puis dirige Glénat Concept spécialisée dans la bande dessinée publicitaire avec les éditions Glénat. Il publie des caricatures dans "Le Progrès de Lyon" de 1961 à 1968. Il collabore aux éditions Glénat comme maquettiste, puis crée Les Pastiches dans "Circus" en 1978. Il crée Tel et Matic dans 'Gomme' en 1982, signe Le Rugby en BD avec Michel Rodrigue en 1987. Scénariste, il écrit Le Solitaire pour Alain Mounier dans "Circus" à partir de 1985. Roger Brunel a également publié plusieurs ouvrages d'humour aux éditions Glénat, Attentionéducation nationaleAttention écoleCiel mon avion!, Roger, Humourologue, etc. Depuis 2009 il officie également chez Drugstore avec La Vérité sur la Provence ou L'Équipe de rêve. Véritable caméléon du crayon, il s'adapte avec aisance et bonheur aux styles de ses confrères..

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 06:55

 

Le synopsis de Delcourt :

« Cet été, Lucie part en vacances sans sa maman. Accueillie par un jeune couple affairé habitant une maison sur les côtes italiennes, ses journées  s’écoulent paresseusement entre promenades sur la plage, jeux avec le chien et apprentissage de la langue du pays… Mais quelles sont ces créatures étranges qui viennent bouleverser sa routine ? ».

Puisque c’est l’été. Puisque ce sont les vacances. Puisque c’est l’époque où l’on va à la plage il était temps de parler de ce livre. Cet album en noir et blanc et muet est très intéressant. Loin de laisser le lecteur abandonné dans son livre, Grégory Panaccione nous « drive » dans ses planches et sait nous émouvoir. C’est rempli de sensibilité. Le trait est fin  et expressif. Il donne toute sa dimension à la dramaturgie. On suit très facilement le récit. C’est vraiment une réussite. C’est à mettre absolument dans votre sac de plage.

Gregory Panaccione est né en 1968. À 14 ans, il entre à l’école Estienne de Paris, où il apprend les bases du dessin, du graphisme et de la gravure sur cuivre classique. Il poursuit ensuite ses études artistiques aux Beaux-Arts. Il se lance dans la bande dessinée. Son premier album, un récit muet, Toby mon ami Delcourt, 2012), est suivi d’Âme perdue (Delcourt, 2013), de Match (Delcourt, 2014), d’Un océan d’amour avec Lupano (Delcourt, 2014), récompensé du prix BD de la Fnac en 2015, puis de Qui ne dit mot avec Stéphane De Groot au scénario (Delcourt, 2015). Il vit à Milan.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
3 juillet 2019 3 03 /07 /juillet /2019 06:55

 

Le synopsis de Marabout :

« Maria Callas est une icône des temps modernes. Vanna Vinci en fait un personnage de tragédie grecque dans un roman graphique qui impulse une réflexion sur la puissance de l’Art d’où émerge la personnalité et la voix exceptionnelles de cette cantatrice qui a bouleversé l’art lyrique. Son talent de comédienne lui a permis d’incarner ses personnages avec une grande intensité dramatique. Le récit s’attache à parcourir les événements marquants de sa vie tumultueuse, de sa naissance à sa mort. Paris, 16 septembre 1977, Anna Maria Sophia Cecilia Kaloyeropoulos dite Maria Callas meurt à l’âge de 54 ans. C’est la fin d’un mythe, celui de la plus grande soprano du 20e siècle dont la voix exceptionnelle raisonne encore. Son surnom de Diva n’est pas démérité… ».

Le Vieux Fumetti n’est pas très biopic. La vie des stars, des artistes, des politiques il préfère la réalité des images ou des livres d’historiens. Il va être obligé de faire une exception. Cet album et très beau. Le trait fait « très roman graphique ». C’est moderne. C’est hors « la ligne claire ». Cela fait du bien aux yeux. Ce qu’il y a de surprenant c’est que cela sorte maintenant, à la fin juin et début juillet, quand les gens ont plus l’esprit à organiser leurs vacances qu’aller dans les librairies. Le récit est bien construit. Les codes couleurs ponctuent très bien la narration. Les planches et peut-on parler de planches sont très intéressantes ; avec des premiers plans et des seconds plans confondus. Excellente idée !!! Un bon bouquin pour découvrir ou redécouvrir la Grande Maria Callas.

Vanna VINCI est née à Cagliari le 30 avril 1964. Elle débute dans le monde de la BD en 1989. Elle publie ses premières histoires dans "Nova Express", célèbre revue de Granata Press. Depuis 1996, elle travaille régulièrement pour "Mondo Naif" pour les Éditions Kappa. Elle a dessiné pour la revue "Amie", de la maison d'édition japonaise Kodansha, Une maison à Venise, d'après un scénario de Giovanni Mattioli. Pour les Éditions Kappa, elle a publié Ombres, Regarde cette lune (textes de Mattioli), Une maison à Venise, Lilian Browne, L'âge sauvage (textes de Mattioli), Voyage sentimental, Aïda à la croisée des chemins, et Sophia. Ces deux derniers albums sont disponibles chez Dargaud. Pour les Éditions Bonelli, elle a dessiné des albums de la série Legs. Elle a aussi travaillé comme illustratrice pour Mandadori Ragazzi, Fabbri Editori, Battello a Vapore, EL/Enaudi Ragazzi, l'Association italienne des bibliothèques, Tam Tam, le Musée archéologique de Bologne et la province de Cagliari. Elle a collaboré aux revues "Linus" et "Io Donna" (du journal "Corriere della Sera"), et on la retrouve également dans les pages culturelles de l'Unità. En 1999, elle remporte le Prix Yellow Kid comme meilleure artiste et, en 2001, le volume L'âge sauvage a remporté le Prix Romics comme meilleur œuvre européenne et, en 2005, le prix Gran Guinigi de la meilleure artiste.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 06:55

 

Le synopsis de Le Long Bec :

 

« Pietro a tout pour lui : il est beau, producteur de DisGREGated, une série hollywoodienne à succès mais surtout, il sort avec Sophie, l’actrice principale de la série. Ou plutôt, il sortait. Alors que sa vie se retrouve complètement chamboulée et il décide de rentrer dans sa famille en Italie pour se ressourcer. Là-bas, il fait de nouvelles rencontres et se rend compte que la vie n’a pas fini de lui jouer des tours.. ».

 

Deux artistes italiens venus du Web se rapprochent du monde de l’édition hexagonal. C’est une bonne chose parce qu’ils apportent un travail singulier. Une autre sensibilité. Le scénario est inventif. La dramaturgie se tient et nous transporte d’un bout à l’autre du livre. Le trait est plaisant et agréable. Nous avons à faire à des planches aérées et bavardes ce qu’il faut. Pas trop. Le Vieux Fumetti aime bien. La colorisation est classe et agréable à l’oeil. Des tons chauds. Une bonne BD et un agréable moment de lecture. A découvrir.

 

French Carlomagno est né à Turin en 1986. Il a étudié à l’IED et a commencé à travailler à la fois comme illustrateur, visualiseur et comme scénariste chez Armando Testa. Avec Jacopo, il crée le webcomic Aqualung, publié par BAO Publishing. Deuxième axe de collaboration en 2016, il publie son premier roman graphique, Comme quand on était petit, encore une fois pour BAO Publishing. Il est co-fondateur de Wilder ?

 

Jacopo Paliaga est né à Trieste en 1990. Il est co-créateur et scénariste de la série Aqualung, lauréat du prix Premio Micheluzzi 2017 en tant que meilleur Webcomic. Actuellement, les trois premiers volumes (sur les cinq prévus) d’Aqualung ont été publiés par BAO Publishing. Il créée Fottuti musi verde a chi ?, Le spin-off du film Addio fott musi verdi de The Jackal. Pour Star Comics, il est l'auteur de I delitti de la rue Morgue et d'autres histoires de la série des Maîtres du mystère. Il est le co-fondateur de Wilder, pour lequel il a écrit la minisérie Elliot et Dharma, un projet multimédias créé avec Grey Ladder.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
22 juin 2019 6 22 /06 /juin /2019 06:55

 

Synopsis de Glénat :

« La plus vieille histoire du monde, magnifiée par Liberatore. À la fin des années 1970, une découverte change la face du monde : le squelette quasi complet d’un spécimen d’australopithèque, plus vieil ancêtre commun à l’humanité, est exhumé dans le triangle de l’Afar en Éthiopie. Mais qui était cette femme baptisée « Lucy » d'après la chanson des Beatles ? Dans cette bande dessinée au souffle romanesque, remarquable par sa véracité scientifique, nous suivons les pas timides de notre ancêtre dans son éveil à la conscience. Un voyage fait de dangers et de découvertes, bercé par la nuit étoilée où se renferme tout le mystère du monde. »

Pour le début de l’été, Glénat nous propose une réédition du Lucy de Liberatore et de Patrick Norbert et bien entendu sans oublier la préface de Yves Coppens la légende de l’archéologie. C’est un album essentiel. En 2007 c’était déjà un bijou mais cela n’a pas pris une ride. C’est beau. Liberatore est incomparable. Il est à son meilleur. On le sait sulfureux mais là, il prête son incomparable talent à une histoire passionnante et fabuleuse. Notre ancêtre Lucy dans une tentative de mise en réalité. C’est top. Juste top.  

Tanino Liberatore est né en Italie en 1953. En 1981 il publie le premier épisode deco Ranx qui reste de loin la plus célèbre de ses créations. Il travaille aussi pour le cinéma. En 2007, cet auteur rare signe avec Patrick Norbert un album intitulé Lucy, l’espoir, entièrement réalisé à l'ordinateur. En 2011 paraissent chez Drugstore deux beaux livres : Les Onze Mille Verges (d’après le célèbre texte pornographique de Guillaume Apollinaire) et Les Femmes.

Patrick Norbert est producteur et scénariste. Il a écrit de nombreux scénarios pour le cinéma. Lucy, son premier album de bande dessinée, est le fruit d’un travail de dix ans.

Yves Coppens, né le  est  un paléontologue et paléoanthropologue. Professeur émérite au Collège de France.

Son nom est attaché en France à la découverte, en 1974, en Ethiopie du fossile d'Australopithèque surnommé Lucy, en tant que codirecteur de l'équipe qui l'a mis au jour, avec l'Américain Donald Johanson et Maurice Taieb.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
13 juin 2019 4 13 /06 /juin /2019 06:55

 

Le synopsis de Futuropolis :

« Eugénie Guillau fut religieuse… avant de devenir maîtresse de la fessée et du fouet dans le Paris du début du XXe Siècle. Son histoire authentique, aurait pu donner un livre vulgaire. Christophe Dabitch a enquêté sur sa vie et en en tiré un récit intelligent et dérangeant sublimé par l’élégance du dessin de Jorge Gonzalez. Une authentique prouesse artistique à classera aux côtés des œuvres érotiques d’Aragon ou Schiele. »

Très beau livre. Le sujet est peu ordinaire. Cela tient au sujet donc au personnage dont il est question. Il est rare et très particulier. Le synopsis en dit déjà beaucoup. Ce qu’il ne dit pas c’est la qualité du travail relatif à la dramaturgie. Cela aurait pu être vite vulgaire ou graveleux cela ne l’est pas. Cela tient aussi au travail graphique de Jorge Gonzalez mais pas que. Pour les lecteurs des précédents travaux de Dabitch on trouvera un lien certain par exemple avec La ligne de fuite qui est un des albums préférés du Vieil Oncle Fumetti. Pourtant le dessinateur n’est pas le même. Même atmosphère. Même tonalité. C’est très doux et sensible. Très beau tout simplement. L’intrigue est intéressante. On s’attache au personnage. Un très bel album.

Christophe Dabitch est né à Bordeaux en 1968. Après une maîtrise de lettres à la Sorbonne, de sciences politiques à Paris et l'IUT de journalisme à Bordeaux il devient journaliste indépendant. Il anime des rencontres littéraires et devient critique. Il est l'auteur d'un carnet de voyage en compagnie du dessinateur David Prudhomme : Voyages aux pays des Serbes, éditions Autrement, publié en 2003.Il écrit des scénarios de bande dessinée,notamment Abdallahi et Jéronimus avec Jean-Denis Pendanx ou La Ligne de fuite et Mauvais garçons avec Benjamin Flao.

Jorge Gonzalez est né en Argentine en 1970. Il vit en Espagne actuellement. Il a publié une dizaine d’ouvrages en Espagne ou en Amérique Latine dès 2004. Il n’est donc pas un débutant. Il a collaboré en France chez Dupuis. On lui doit Le Vagabond, Dandonéon, Chère Patagonie ou encore Retour de Kosovo avec Gani Jakupi  sous le patronage de Amnesty International déjà avec Futuropolis

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti