Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 06:55

Fabrice Erre se prête au jeu de l’interview-confinement et c’est une grande nouvelle. Ses avis sont toujours pertinents. Oncle Fumetti vous soumet ses réponses.

 

Quelle est la dernière BD que tu aies lu avant le confinement ?

La dernière qui m’ait vraiment frappé est Grand océan (Cambourakis) de Fabien Grolleau et Thomas Brochard-Castex, un superbe récit, mélange d’aventure, d’anticipation, de quête personnelle, de sentiments très forts qui m’a emporté.

 

Quelles BD lis-tu ou as-tu lu pendant le confinement ?

J’ai relu La Peur du mal de Jampur Fraize (6 Pieds sous terre), une bande dessinée qui m’a beaucoup marqué quand je l’ai découverte, et qui m’a refait le même effet ! Bon, il ne faut pas vivre difficilement le confinement parce que ça parle de clowns méchants et d’enfants qui pleurent, mais c’est tellement drôle en même temps, et très beau. J’attends un peu que ça soit retombé pour relire les autres Jampur Fraize, comme Football Carnage (6 Pieds sous terre aussi). Et puis sinon, je relis tout ce que j’ai de B-gnet, Gilles Rochier et Fabcaro, histoire de se sentir encore un peu avec les amis et de bien rire un bon coup…

Si tu ne devais relire qu’une seule BD du passé pendant le confinement laquelle choisirais-tu ?

Si je ne devais garder qu’une bande dessinée d’une manière générale, je crois que ce serait Sunnymoon tu es malade de Blutch (L’Association), qui m’a tellement plu lors de sa parution périodique dans Fluide glacial. En plus, pour le coup, Sunnymoon est confinée à un moment (« consignée dans sa chambre »), mais elle s’échappe. C’est parfait. Je pense que cette bande dessinée pourrait s’adapter à toute situation, on pourrait y trouver des réponses et des leçons de vie. Comme dans la Bible, mais en mieux dessiné.

 

Avec quel acteur du 9ème art du passé aurais-tu aimé confiner et pourquoi ?

Avec celui qui sait bien cuisiner.

 

Quelle sera ta BD de l’après-confinement ?

J’attendais comme tout le monde Open bar numéro 2 de Fabcaro (Pataquès), j’espère qu’on sera livré à temps !

 

Merci Fabrice !!! Des réponses qui font mouche. A bientôt.

 

Crédit photo : Dargaud

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 06:55

On ne présente plus Aurélien Ducoudray. Il est scénariste. Un de ceux de la nouvelle génération qui contribue à renouveler le 9ème Art. Nous avons souhaité lui poser quelques questions sur sa façon de vivre le confinement….

Quelle est la dernière BD que tu aies lu avant le confinement ?

Je pense que c'était prémonitoire !! Monde Mutant de Corben et Strand !! Superbe intégrale chez Delirium (un poil cher à mon goût) mais super travail de patrimoine !! Une histoire dure, simple et parfaitement menée !! Du post-apo classique mais avec l'écriture à l'os de Strand !!

Quelles BD lis-tu ou as-tu lu pendant le confinement ?

Alors j'ai fait un stock au pied de mon lit qui ne fait qu'augmenter!! en vrac ¨Perdy Kickly, les sauroctones de Surcouf et sa couverture incroyable!! gousse et gigot d' Anne Simon qui n'est pas un livre de cuisine, la vallée du diable d'Anthony Pastor ( oui j'étais en retard sur celui-là !, mais le confinement sert a ça!) le fantastique Aldobrando de Critone et Gipi, les Michel de Pierre Maurel que j'adore au-delà de la bienséance!!! et je suis sur le point de commencer "la nuit est mon royaume de Claire Fauvel, dont l'écriture m’impressionne beaucoup!! son précédent Phoolan Devi m'avais ému aux larmes plusieurs fois!! et la liste n'est pas finie

 

Si tu ne devais relire qu’une seule BD du passé pendant le confinement laquelle choisirais-tu ?

Alors il y en aurait deux dont une que j'ai entamé !! le Désert Punk d'Usune ! Un manga post-apo fou mais terriblement actuel ! Avec son personnage méprisable mais qu'on finit par adorer !! Et puis aussi un classique dont je ne me lasse pas : Paracuellos, pour cette corde si mince entre le bonheur et le désespoir que Gimenez arrive toujours à faire vibrer !

Avec quel acteur du 9ème art du passé aurais-tu aimé confiner et pourquoi ?

 

Ah non je ne veux surtout pas confiner avec un auteur du 9éme art ha ha ! Si c'est pour discuter BD toute la journée non merci !! Par contre ça serait peut-être une bande d'auteurs : je suis en train de lire "We told you so " comic as art, an oral history of fantagraphics books " by Tom Spurgeon et Michael Dean, et ça donne vraiment envie d'avoir été là au début des fanzines photocopiées de fantagraphics !!!

Quelle sera ta BD de l’après-confinement ?

Ma BD de l'après confinement c'en est une que j'attends depuis le début du confinement !!! «Pucelle» de Florence Dupré La Tour!  Son précédent «Cruelle» m'avais marqué très fortement !! et là j'en peux plus d'attendre !!!l  11 mai je serais devant ma librairie masqué et impatient !!

 

Super Aurélien. Merci pour tes réponses et bon confinement si l’on peut dire !!! On s’en passerait tous bien.

 

Crédit photo : Le Lombard 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 06:55

Oncle Fumetti lance l’interview-confinement. L’idée ? Cerner en 5 questions et donc en autant de réponses les lectures et les centres d’intérêt de certains acteurs du 9ème art durant le confinement. Aujourd’hui et pour lancer cette chronique François Le Bescond Directeur Editorial chez Dargaud France.

 

Bonjour François, quelle est la dernière BD que tu aies lu avant le confinement ?

 

  • Walter Appleduck T.2 par Fabcaro et Fabrice Erre chez Dupuis.

 

Quelles BD lis-tu ou as-tu lu pendant le confinement ?

 

  • La Bombe par Bollée, Alcante et Rodier chez Glénat.

 

Si tu ne devais relire qu’une seule BD du passé pendant le confinement laquelle choisirais-tu et pourquoi ?

 

  • Allez, sans doute un Philémon de Fred, histoire de faire un bout de voyage sur les lettres de l’Atlantique…

Avec quel acteur du 9ème art du passé aurais-tu aimé confiner et pourquoi ?

  • Guy Vidal, parce qu’il me manque et qu’on aurait pu barjaquer de tout et de rien !

 

Quelle sera ta BD de l’après-confinement ?

 

  • Impossible à prévoir !

 

Merci François et à bientôt.

crédit photo : Linkedin

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 06:55

Le synopsis de Mosquito :

« Rares sont les artistes aussi complets que Lu Ming. On le connait bien sûr pour ses bandes dessinées hyper-réalistes et son univers inspiré à la fois du médiéval (chinois et européen) et de la musique (il est également guitariste et batteur professionnel). Voici l'occasion de découvrir ses peintures, ses illustrations dans la publicité (palme d'or au festival Cannes Lion en 2008 pour une campagne pour un équipementier sportif pour les JO de Pékin), son travail de story-board et de designer conceptuel pour des long métrages (comme la légende des sabres volants de Tsui Hark) et ses sculptures dont le monumental " Désert Grade " présenté au festival Burning Man (Nevada)».

Les éditions Mosquito ont du goût. Ils nous proposent régulièrement des dessinateurs virtuoses aux talents aussi rares qu’inimitables. Toppi, Battaglia, Barbato, Jok et bien d’autres. Des italiens mais pas que… La preuve c’est fois-ci c’est un artiste chinois. Et quel artiste !!! Lu Ming a un trait et un style extraordinaire et le mot est pesé. C’est superbe. Alors certes ce n’est pas une BD c’est un artbook mais c’est un dessinateur de BD. Les dessins, les croquis et les portraits sont d’une finesse rare et s’inscrit sans problème dans la bibliothèque d’un amateur chevronné du 9ème art. On aimerait bien qu’il prenne en charge un personnage récurrent pour le plaisir des yeux et de la lecture. Magnifique. C’est un album format 24 x 30 cm. Couleur. 128 pages, dos toilé.

Lu Ming est chinois et il a 36 ans. C’est un dessinateur virtuose, diplômé de la prestigieuse Académie Centrale des Beaux-Arts de Chine. Il nous montre dans ce livre toute la palette de son immense talent.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 06:55

En cette année 2020, le comité de lecture a décerné son prix à Ali Fitzgerald pour son livre humaniste sur les réfugiés. Comme l’Oncle l’avait écrit dans sa chronique d’alors c’est un livre salutaire. La crise humanitaire on en parle plus mais elle est toujours là. En cette période troublée de confinement parlons-nous assez des migrants et des réfugiés si fragiles ? Cette crise est maintenant récurrente et presque banale. Devons-nous nous habituer à cette situation ? Devons-nous ne plus en parler ? Quoi dire ? Quoi faire ? Ali Fitzgerald nous a proposé sa vision et elle utilise ses talents artistiques pour nous faire entrer dans le quotidien et le ressenti de ces personnes déplacées bien malgré elles. C’est beau, novateur et sensible. C’est absolument à découvrir et maintenant c’es primé. Bravo Ali.

 

Ali Fitzgerald est américaine. Elle vit à Berlin. Sie ist eine Berlinerin.  Elle collabore régulièrement au The New Yorker. Elle a contribué à une chronique visuelle mensuelle à Art Magazin et une bande dessinée hebdomadaire à New York Magazine intitulée Bermuda Square. Elle a aussi travaillé avec The New York Times, The Guardian, le Huffington Post…Entre autres. Bref une artiste reconnue.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 16:51

Le synopsis de Delcourt :

« Une femme arrive dans un appartement, lieu de rendez-vous avec son amant, mais celui-ci ne la rejoint pas. Seule, elle se délasse, puis découvre un vieux projecteur chargé d'une bobine qu'elle visionne. Un film érotique tourne, brûle, s'enflamme jusqu'à révéler une porte donnant sur un passage énigmatique qui conduira la nouvelle venue vers une suite de rencontres inattendues et fantasmatiques ».

Le secteur « Erotique » du 9ème art n’est pas forcément le plus prolifique de ce moyen de communication et d’expression. Pourtant les rubriques d’Oncle Fumetti sont parties des plus lues. Celle-ci n’échappera pas à ce sort. Cet ouvrage du déjà entré dans la légende McKean,est à la fois original et fin. C’est résolument érotique, c’est assumé et revendiqué. Le talent est là. C’est élégant, fin et superbe. Le récit est charmant et forcément à ne pas mettre entre toutes les mains. Pourtant ce n’est là que de la fantasmagorie. Très beau livre. Bonne lecture.

Dave McKean, né en 1963, est un artiste britannique illustrateur, photographe, dessinateur de comics, cinéaste et musicien. Il a notamment illustré des romans de Ray Bradbury ou de Stephen King. Il commence sa carrière dans la bande dessinée  avec Neil Gaiman en publiant le roman graphique Violent Cases en 1987 il dessinera avec ce même auteur, Black Orchid, Signal to Noise (Eisner Award du meilleur album en 1993) ainsi que les mythiques couvertures de Sandman. Il nous fera ensuite découvrir Arkham Asylum sur un scénario de Grant Morrison, qui bouleverse les codes du comics américain. McKean illustre également des albums de musique d'Alice Cooper, Tori Amos, Machine Head, Michael Nyman ou Testament. Un très grand artiste contemporain

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 09:22

Albert Uderzo né Alberto Aleandro Uderzo est né le 25 avril 1927 à Fismes. Il est dessinateur et scénariste de bande dessinée. Il est le créateur avec René Goscinny de la série Astérix, notamment. Il réalisera 34 albums des aventures d’Astérix et d’Obélix. Son personnage apparaît dès 1959. Un succès mondial et éternel. Merci Monsieur !!!!

Crédit Photo :  AFP / Stéphane de SakutinCrédit

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 07:55

Ce dimanche une leçon de dessin par Lorenzo Mattoti. En français s'il vous plait. Merci à France Inter.

Lorenzo Mattoti est né en janvier 1954 à Brescia, en Italie.  Il étudie l’architecture puis vient au graphisme. Il est illustrateur et auteur de BD. Il a collaboré avec Le Monde et Le New Yorker. Il révolutionne son art. Un artiste contemporain parmi les plus grands.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 07:55

Le synopsis de Glénat :

« « Entre donner les coups et les recevoir, je préférais les donner. »

Dan est un sang-mêlé. Autrement dit, un noir à peau blanche. Videur dans un bar de nuit à New York, il ne vit que pour Sheila, sa femme, et l’enfant qu’il a eu avec elle. Un enfant que la société acceptera parce que sa peau est blanche, contrairement à Dan, pour qui le secret de ses origines plane tel une épée de Damoclès. Alors qu’il s’entiche subitement d’une prostituée noire et que l’irruption de son frère, Richard, menace de tout révéler, Dan voit sa vie basculer. Lui qui, non sans remords, a tant voulu être un Blanc, ne serait-il au fond de lui-même qu'un « nègre » ? »

 

On ne présente Boris Vian. On ne présente plus non plus le créateur de Zorn et Dina. Si en plus on réunit une bonne histoire, un bon scénariste rompu au rythme des planches et à la maitrise d’une bonne dramaturgie avec deux talentueux argentins on obtient un mélange pas très loin de l’alchimie et d’un très bon cru. Les dessins sont superbes avec des éléments architecturaux très beaux. Une colorisation très bien pensée. Après il faut se laisser porter par l’histoire sombre et prenante de Boris Vian alias Vernon Sullivan. Ce n’est pas trop difficile. Une vraiment bonne BD à se faire offrir ou à se payer soi-même.

 

Jean-David Morvan est né en 1969.  Il s’est essayé au dessin ans suite. Il publie ses premiers textes dans un fanzine où il rencontre Yann Le Gall avec qui il écrira en 2001 la série Zorn et Dirna. En 1994, il publie Nomad avec Sylvain Savoia. La série Sillage, commencée en 1998 avec Buchet au dessin, remporte un succès immédiat. Il est également l’auteur des séries Troll, HK, Al Togo, Reality Show et Je suis morte. En 2009 il remporte un Silver Award au Prix international du manga pour l’album Zaya.En 2013, chez Glénat, il donne une suite à la série Nomad avec un second cycle qu'il intitule Nomad 2.0 avec, cette fois-ci, Julien Carette au dessin. Chez Glénat également, il scénarise : Sherlock Fox (dessin de Du Yu), SpyGames (dessin de Jung-Gi Kim), IrenaRavage les albums de la collection "Ils ont fait l'Histoire" consacrés à Jaurès et Louis XIV, un titre de la collection "Conan le Cimmérien" et enfin, il co-dirige avec Stéphane Bourgoin la collection abordant le phénomène des serial killer et scénarise celui focalisé sur Michel Fourniret. Il n’arrête jamais.

 

Germán Erramouspe est argentin. Il est un dessinateur au style tout à fait unique. Réaliste, presque photographique ... Il est le co-créateur de la bande dessinée : The Primordial Man, publié en Argentine avant de l'être aux États-Unis. Il travaille actuellement avec l'écrivain William Roe II, sur une série de science-fiction appelée "Lithurgy".

Mauro Vargas est né à Bariloche, en Argentine. À l'âge de 17 ans, il commence à étudier le cinéma à Buenos Aires, tout en s'adonnant à sa passion pour le dessin de bandes dessinées. Il a ensuite réalisé de nombreux courts métrages, avant de tourner le dos à une carrière cinématographique pour se consacrer à des projets d'artistes indépendants dans plusieurs studios d'art de la ville de La Plata. Une grande partie de ce travail consistait à dessiner et à encrer pour des histoires d'enfants, des bandes dessinées et des story-boards. De nos jours, il consacre la majeure partie de son temps à l'écriture et au dessin de projets personnels, faisant toujours de son mieux pour rendre ses histoires aussi bonnes que possible. En ce moment, ses projets vont d'un roman graphique à une idée de film. Il a travaillé en tant qu'encreur pour la minisérie "Star Wars: Darth Maul—Son of Dathomir."

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
6 mars 2020 5 06 /03 /mars /2020 12:17

Vous qui vous êtes investi dans la bande dessinée depuis plus de 45 ans, pourquoi vouloir vous arrêter aujourd’hui ?

"Tout d’abord, parce que je pense que j’ai exprimé ce que je voulais partager. Pourquoi devoir sempiternellement se projeter obligatoirement dans le prochain album ? Je ne comprends pas cette société qui a besoin de nouveautés, alors qu’il y en a plus de cinq mille chaque année ! Comme un monstre qui avale et remplit ses tuyaux jusqu’à dégorger. Beaucoup trop de livres ! On ressent l’envie de se limiter."

François Schuiten est né à Bruxelles le 26 avril 1956 dans une famille d'architectes. Il n'a que 16 ans lorsque ses planches sont publiées pour la première fois : "Mutation", une histoire courte entièrement dessinée au bic, paraît dans l'édition belge de Pilote. À l'Institut Saint-Luc, il rencontre Claude Renard avec qui il réalisera deux albums : Aux médianes de Cymbiola et Le Rail, regroupés sous le titre Métamorphoses paru chez Casterman déjà. Avec son frère Luc, il collabore avec Métal Hurlant. Il est donc le créateur avec Benoît Peeters de la série "Les Cités obscures", publiant successivement Les murailles de Samaris, La fièvre d'Urbicande, L'Archiviste, La Tour, La route d'Armilia, Brüsel, l'Echo des Cités, L'Enfant penchée, Le Guide des Cités, L’ombre d’un homme et La Frontière invisible ainsi que The Book of Schuiten et Les Portes du Possible (tous aux éditions Casterman). Ces albums ont obtenu de nombreuses récompenses. François Schuiten a également dessiné d'innombrables affiches, illustrations, sérigraphies et lithographies. Il a réalisé une dizaine de timbres pour la poste belge. Il a collaboré à la conception graphique de plusieurs films. Son parcours est exceptionnel.

Tiré de Actua BD . Interview publiée le 30 mai 2019. Réalisée par Charles-Louis Detournay.

Crédit photo : Casterman

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti