Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 06:40

Le synopsis de Delcourt :

 

« Un nouveau pensionnaire dans la résidence. Comme beaucoup, il fait la gueule. Comme beaucoup, il se sent abandonné. Et comme beaucoup encore, il pense aller plutôt bien, avoir toute sa tête. Ernest se trompe, car Alzheimer est déjà là. Quant à ses nouveaux voisins, ils constituent la galerie de personnages habituelle : des assistés fatigués, attendant les repas, et roupillant à tout bout de champ. Un seul paraît alerte et malin : Émile. Tant mieux, il partage sa chambre. Avec son esprit critique acerbe et son égoïsme impudique, il donne l’impression à Ernest de pouvoir changer les choses... »

 

la-tete-en-l-air-bd-volume-1-reedition-45959.jpg

 

 

Ce très joli livre est la réédition de l'album « Rides » paru en 2007. Il ressort à l'occasion de la sortie du film d'animation qui en est tiré. Ce film est déjà très primé. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore c'est l'histoire de Ernest, monsieur âgé, qui est atteint par la maladie d'Alzheimer et qui est placé en «institut » plus familièrement dans une maison de retraite, par ses enfants. S'ensuit la description de la vie dans ces endroits, de ces personnages qui s'y trouvent, de leurs styles de vie et surtout de leurs relations. Le personnage d'Ernest rencontre également Emile, autre habitant qui a une vision et un dynamisme autre et qui révolutionne, ou semble pouvoir changer la vie. Nous suivons le parcours d'Emile entre sa lucidité sur son état et la progression de son mal.

C'est un livre témoignage sur la vie en maison de retraite. C'est aussi un témoignage sur la maladie d'Alzheimer. Un livre qui parle de la fin de vie que l'on réserve à «nos anciens ». Ce n'est pas un livre triste mais grave oui. La vie dans ces résidences est bien restituée. La vision des personnels soignants qui n'ont pas la vie facile mais semblent parfois détachés des choses, sans doute pour se protéger, est bien rendue. C'est touchant, poignant parfois et aussi drôle. Instructif sûrement. A découvrir ou à redécouvrir.

 

Paco Rocaest espagnol. Il est un des leaders de la nouvelle vague de la BD de ce pays qui rend compte et s'interroge sur la société humaine. Ces livres sont autant d'études sociologiques sur nos sociétés. Il a dessiné et conçu puisqu'il est dessinateur et scénariste, un livre sur Salvador Dali qui est une référence « le jeu lugubre », paru chez La Cupula. En France outre Delcourt, il a collaboré avec l'éditeur Six pieds sous terre pour Le Phare.


 

pacoroca2.jpg

 

 


Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 05:43

Le synopsis de Dupuis :

 

«Balzac est furieux. Non seulement la Revue de Paris a suspendu la publication de La peau de chagrin, mais en plus celle-ci a été remplacée par un feuilleton anonyme qui raconte dans un style tout balzacien la vie, et donc les turpitudes, d'un certain... Honoré de Balzac. Tout ce que l'écrivain a cherché à cacher avec le plus grand soin tout au long de son existence se retrouve exposé au grand jour, au risque de ruiner sa vie sociale, sa carrière, et même de le mener en prison ! Prêt à tout pour découvrir l'auteur de ce canular, il s'engage dans une quête qui le mènera au bout de lui-même. Un récit brillant, entre enquête policière, conte philosophique et farce macabre, au coeur de la vie mondaine et littéraire du XIXè siècle. »

 

Abymescouv.JPG

 

 

C'est à un livre novateur et à un concept qui l'est tout autant que nous ont invité Valérie Mangin . L'idée est originale. Il s'agit de faire revivre un des monstres sacrés de la littérature française ; le grand Honoré de Balzac. C'est un parti pris entre vérité historique et roman. C'est surtout le premier album d'un tryptique voulu par Valérie Mangin qui apporte un regard neuf et novateur sur notre milieu. Elle a réuni autour d'elle un trio de choc avec Griffo pour ce livre puis Malnati et Bajram pour les suivants. Elle lance dans une digression sur la création artistique. Ce premier album porte sur la création littéraire telle que voulue ou perçue chez Balzac. Le deuxième tome portera sur la création cinématographique par Clouzot tournant un film sur Balzac et enfin sa perception à elle en relatant la création d'une BD sur les deux précédents créateurs...C'est novateur, bien pensé, et surtout cela permet beaucoup de réflexions philosophiques sur bien des aspects et sur la création artistique plus particulièrement. Le passage d'un dessinateur à un autre n'est pas perturbant. Pourtant les styles sont bien différents tant Malnati par exemple est particulier. Les livres peuvent aussi se lire séparément. Ce premier album paru en janvier est divertissant et surtout très beau esthétiquement. Honoré de Balzac est truculent, intéressant et on se plaît à suivre le récit. Un bon moment avec ce joli livre. Après à vous de passer au second qui sortira le 22 février puis éventuellement au dernier. C'est vraiment intéressant et original en tout cas.

 

Valérie Mangin est nancéenne. C'est une historienne par son parcours universitaire. Elle se lance pourtant dans le récit et la narration. Elle rencontre Denis Bajram qu'elle épousera. Elle travaille sur des concepts à base historique avec Gajic sur le fléau des Dieux puis vient le Dernier Troyen. Elle collabore avec Soleil et crée Quadrants. Son style entre Histoire, Space opéra et fantastique est novateur.

 

valeriemangin.jpg  griffo-I417x405

 

Griffo est belge. Werner Goelen (son vrai nom) est né en 1949. Il suit des cours à l'Académie des Beaux Arts durant sept années. Il s'enrichit en rejoignant un groupe d'artistes. Son parcours est riche de collaborations avec des maisons d'édition telles que Michel Deligne, Dargaud, Glénat, Dupuis ou Le Lombard. Il travaille également avec Dufaux, Di Georgio, Cothias et maintenant Valérie Mangin. 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 09:27

Le synopsis de Glénat :

 

«Samuel Prescott, homme endeuillé par la mort de la femme qu’il aimait, se fait appeler Black Crow. Après avoir connu la fureur de la vengeance, Black Crow est amer : il n’a pu sauver Jack, le frère de sa bien-aimée disparue, et s’est laissé piéger dans un marché de dupes qui laisse son équipage amoindri et forcé à collaborer avec des mercenaires. Le vent tourne quand ils sauvent le navire du prince Abdallah el-Kamil d’une attaque barbaresque : plein de gratitude, celui-ci les invite à Port-Saïd, où ils deviennent ses hôtes. Mais sauver la vie de cet homme pourrait déplaire à ceux qui voulaient sa mort, et cette invitation pourrait se transformer en piège pour les hommes du Revenge...»

 

black-crow-bd-volume-4-simple-47016.jpg

 

 

Oncle Fumetti aime les histoires romanesques, de pirates, de corsaires. Il aime l'exotisme. Cet album est l'exemple parfait de ce qu'il aime. Un dessin élégant, des planches bien dessinées. Une colorisation élégante et belle. Un héros très complexe et nuancé se présente à nous. On connaît déjà ce personnage. Nous le suivons depuis trois livres et maintenant quatre. Il monte en puissance. Sa personnalité s'étoffe et prend de la densité. Le récit s'en trouve bonifié. Le contexte historique favorise de bonnes intrigues bien construites. Il y a de superbes plans. Je pense particulièrement à la page 26 qui est très belle. La double page 38/39 est superbe et mise en valeur par les tons bleutés et le fond de page noir. Nous sommes donc en présence d'un superbe livre. Vous apprendrez avec plaisir qu'un tome 5 est en préparation et vous aurez raison de ce contentement. Le livre est sorti. Ne le ratez pas.

 

Jean-Yves Delitte est né en 1963. Il est le peintre officiel de la Marine belge. Il a maintenant un parcours riche dans le domaine de la BD. Il a collaboré avec Conward, Dorison et Nury. Il vit en Belgique.


 

jeanyvesdelitte.jpg 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 18:15

Le synopsis de Dargaud :

 

«Le train où vont les choses s'ouvre sur Philémon et Barthélemy découvrant une locomotive perdue en pleine campagne, au milieu de ce qu'ils prennent pour un épais brouillard. Le conducteur leur explique qu'il s'agit en fait de la vapeur qui s'échappe de la machine. Or, c'est justement grâce à cette vapeur toute particulière, la « vapeur d'imaginaire », que la locomotive fonctionne... car, dans ce 16e épisode, Philémon et Barthélemy se trouvent face au dernier spécimen de lokoapattes ! Les deux amis décident de l'aider en lui apportant... l'imagination ! »

 

Philemoncouverture.jpg

 

Certains créateurs par leur talent, leur créativité et leur audace auront contribué à faire avancer leur époque, leur art et leurs contemporains. Fred est de ceux-là. Qui plus est sa longévité est extraordinaire et elle favorise la pérennité d'une pensée et autorise par sa persistance dans le temps l'émergence d'un style. Quoi qu'il arrive, ils sont là et ils maintiennent leur exigence. Non Oncle Fumetti n'est pas le frère caché de André Manoukian. Il stoppe là sa faconde. Il n'en reste pas moins vrai que Fred est un pilier de notre Cher Art. Tel un timonnier il maintient le cap et le grand Armateur Dargaud lui donne encore un esquif à manoeuvrer. Cet album est fidèle à ses prédécesseurs. C'est recherché. C'est brillant. C'est créatif. Cela nous surprend et nous fait réfléchir. Loin des Uchronies faciles, des sempiternelles enquêtes sous la Reine Victoria...Fred nous fait du Fred et le Vieux Gronchon de Fumetti aime. Cela sort le 22. C'est dans huit jours. Vous avez intérêt à y aller.. l'acheter. Si non Le Vieux sort de sa boîte...Allez en prime une jolie dédicace du Monsieur.

 

Fred est né Fred Othon Théodore Aristidès. Il est né en 1931. Il fuit avec sa mère la Grèce en guerre. Enfant, il est fasciné par Oliver Twist, Shéhérazade, Edgar Poe ou Jack l'Eventeur. Il est surtout fasciné par Mandrake le Magicien. Il dessine dès 1946. Il collabore avec la presse écrite et des parutions de l'époque. Il fonde Hara Kiri avec Cavanna, Choron, Topor. En 1966, il propose des planches à Pilote. Goscinny les accepte.Philémon apparaît. L'Histoire commence....

 

FRED

 


Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 10:29

Le synopsis de Vents d'Ouest :

 

« En résolvant le mystère de l'Ange, Aglaëe et les Maîtres de l'étrange ont mis le doigt sur une complexe et passionnante affaire ! Le beau Docteur Flux, magicien et maître de Léon le gorille, avait promis de disparaître, or comme par hasard, un grand singe blanc se met à terroriser Paris ! Pendant ce temps, le banquier mexicain Don Armando promet à tous les notables de la capitale de leur vendre un élixir de jouvence... Aglaëe pourra-t-elle démêler cet imbroglio avant que sa mère n'exige qu'elle rentre à la maison ? »

 

lesenquetesdesmaitres2.jpg  Lesenquetesinsolites1-copie-1.jpg

 

Voici qu'est sorti le 6 février dernier le tome 2 (à gauche) des aventures et des enquêtes insolites des maîtres de l'étrange. Il y a un plus d'un an que le tome 1 est paru. Voici donc la conclusion de l'énigme dans laquelle nous a entraînée Aglaëe et ses deux créateurs, le scénariste et dessinateur Li-An et sa coloriste. Elle continue ses recherches sur ce singe mystérieux. Elle nous reprend avec elle et nous propose de poursuivre l'enquête sur Léon et sur son Maître, le charmant Docteur Flux. Les Maîtres de l'Etrange continuent la chasse...C'est à cette jolie aventure que nous convie Li-An. Le dessin est joliment naïf. Les planches sont bien dessinées. La narrration est claire. Le personnage d'Aglaëe Aglaé est attachant. Nous revoilà à l'époque des Apaches de Paris. Dans un Paris de la Belle Epoque, cette jeune femme dynamique et indépendante mène l'enquête et on prend plaisir à la suivre. C'est charmant et agréable à lire. Le Vieux Fumetti a passé un bon moment. Il vous recommande ce livre.

 

Li-An est un dessinateur d'origine chinoise par sa mère. Il intègre Delcourt grâce à Morvan et au Cycle de Tschaï bien connu des amateurs de science fiction. En 2005 et 2006 il travaille avec Vents d'Ouest. En 2010 il y publie Gauguin qui lui vaut une sélection à Angoulême 2011. Le voici a développer les aventures de Aglaëe Aglaé.

 

Laurence Croixest coloriste. Son talent est reconnu. Elle a participé à notamment « l'aventure » Atar Gül. Elle a signé les couleurs de Blake et Mortimer aussi...Nouvelle génération bien sûr. Elle a déjà collaboré avec Li-An sur Gauguin.

 

li-an--1-.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 09:17

Le synopsis de Marvel :

 

«C’est la fin de l'ère Dark Reign, cette période funeste durant laquelle l’équipe des Vengeurs menée par Norman Osborn, le Bouffon Vert, a fait régner la terreur. Dans le premier tome, les Dark Avengers affrontaient les X-Men, mais à présent, l'équipe est menacée par la folie de leur chef, qui les envoie affronter les dieux d'Asgard. »

 

DARK-AVENGERS-21.jpg

 

 

Et voici le tome 2 de Dark Avengers chez Marvel Deluxe. Il est sorti. Le Vieux Fumetti a été formaté aux comics US et par Strange....Mais pas que. Tous ces graphismes, ces codes couleurs ne lui sont pas inconnus. Il aime le Vieux. C'est vrai que c'est beau. Esthétiquement c'est excellent. On peut trouver que cela manque d'humanité et de sensibilité. C'est en revanche sacrément efficace. Qui plus est on peut prendre les livres indépendamment des uns des autres sans que cela soit un problème. L'avantage également, c'est que l'on a le sentiment que les dessinateurs sont interchangeables. Ok Ok !!!! Les aficionados hurlent déjà et Fumetti les entend. Pourtant on fait du Marvel comme on fait du DC. C'est d'abord un style. Mais c'est réussi. On n'est jamais déçu. Cette équipe qui a travaillé sur cet album fait partie de ce qui se fait de mieux. Ce sont des artistes confirmés. Des quadras ou quinquas doués et aguerris.

Le scénario est avant tout le moment d'une succession de numéros de bravoure et de grands sentiments de camaraderie. Il a de l'action et du suspense.  C'est facile à lire et c'est détendant. Allez-y sans retard si vous aimez ce style. Le Vieux vous adoube dans la carrière de lecteur de comics. Bienvenue.

 

Brian Michael Bendis (à gauche) est né 1967 à Cleveland dans l'Ohio. Il a commencé comme dessinateur et scénariste indépendant. Il intègre ensuite la Marvel. Il travaille également pour DC. Il a reçu 5 Eisner Awards. Il a travaillé sur Daredevil, Elektra, New Avengers, Ultimate Spiderman, Ultimate X-Men ou Batman Chronicles. Il est scénariste essentiellement. Sur ce projet c'est le cas. 

 


DARK-AVENGERS--bendis.jpg  DARK-AVengers-MikeDeodato.jpg  

 

Mike Deodato Jr.est né en 1963 (à droite). Il est brésilien et dessinateur de comics. Son vrai nom est Deodato Taumaturgo Borges Filho. Il a fait l'essentiel de sa carrière pour la Marvel dès 1994. Il a travaillé également pour Dark Horse et DC. On retrouve son travail sur beaucoup de héros Marvel tels que : Avengers, Captain America, Elektra, Hulk, Punisher, Thor, Spider-Man, X-Men...Et tant d'autres. Il est un des leaders actuels de cette école des Comics US.

 

Chris Bachaloest né en 1965. Il est canadien et dessinateur. Il a travaillé pareillement pour DC ou Marvel. C'est une valeur sûre. Il est fort techniquement. Très fort techniquement. Il a beaucoup travaillé sur les X-Men...The Ultimate ou Uncanny. Il a créé la série Streampunk avec Scott Lobdell.

 

Dark-Avengers-Bachalo.jpg 

 


Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 06:24

 

Le synopsis de Akileos :

 

« Près de 4 ans après une frappe extra-terrestre qui a détruit la majorité des forces armées et mis à genoux les gouvernements des différentes Nations du globe, la Terre n'est plus qu'un gigantesque terrain de jeux pour ses nouveaux maîtres, anciens mafieux, criminels et autres fanatiques religieux. Ces derniers devenus de véritables chefs de la guerre font appel à une entreprise de mercenaires et d'armement, ayant survécu à l'invasion et à même de fournir hommes, armes et munitions, voire produits de première nécessité : Blackfire industries. C'est dans cet univers de chaos et de guerre que nous découvrons la Chaos Team, une unité de mercenaires liés à Blackfire et dirigée par John Clem, en mission de protection à Grenade auprès du nouveau Pape. »

 

 

chaos-team-bd-volume-1-simple-45529

 

Livre intéressant que celui que nous propose Akileos. Le sujet est déjà connu à quelques détails près mais il est bien utilisé. Ce style d'histoire permet toutes les audaces scénaristiques. ...La fin d'un monde, le début d'un nouveau, une attaque extra-terrestre, des groupes armés, guerres de religion..L'anarchie. C'est intéressant. On en voit peu dans la BD franco-belge. C'est plutôt traité par les américains. Les dessins sont efficaces. La mise en scène est bien faite. Cela roule bien. Palette de personnages bien typés, attachants aux profils psychologiques efficaces. C'est donc tout bon. C’est la nouvelle série des créateurs de Block 109. On sent donc un savoir-faire certain et de l’expérience. Oncle Fumetti a bien aimé et vous fait remarquer que l’album est sorti.

 

Vincent Brugeas est né en 1985. Il est un historien de formation à la base. Il a une maîtrise en histoire contemporaine. Il publie en 2010 en tant que scénariste qui est son deuxième métier, Block 109, une uchronie. Ronan Toulhoat est son compère. Sa formation l’amène à utiliser son domaine de compétence en créant des scénarios sur des bases historiques ou d’extrapoler sur des bases géo-politiques.

 

  Ronan Toulhoat est graphiste, illustrateur, story-boarder...Il est le double version dessinateur de Vincent Brugeas. Ils développent un style créatif bien typé et particulier ensemble. Ils ont créé tous les deux le label Vinwatt pour publier sur internet Chaos Team. A noter qu’il a dessiné la couverture de Sherlock : crime Alleys tome 1 paru chez Soleil Production en ce début d’année. le début de la reconnaissance.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 16:08

logoACBD-blanc

 

Voici quelques données et informations qu'Oncle Fumetti a pu tirer des études faites au fil des années par l'Association des Critiques et Journalistes de Bande Dessinée autrement appelée ACBD (ww.acbd.fr). A noter que ces chiffres concernent la BD sur la zone francophone européenne.

 

Ci-dessous, le nombre de livres de bande dessinée produits lors de 6 dernières années :

 

2007 : 4313

2008 : 4746

2009 : 4863

2010 : 5165

2011 : 5327

2012 : 5565

 

Depuis plusieurs années, on remarque un accroissement de la production de livres de BD. L'offre de BD croît sans que l'on sache trop d'ailleurs si c'est vers plus de qualités. Il n'en reste pas moins vrai que le public étant atomisé les éditeurs font en sorte de donner satisfaction au plus grand nombre. On remarquera entre 2007 et 2012 une augmentation de l'ordre de plus de 29% du nombre de livres produits en plus soit 1252 livres, ce qui est très important. 

 

 En 2007, il existait 254 éditeurs de BD contre 326 en 2012. On remarque un accroissement fort du nombre d'acteurs sur ce marché spécifique (+28%) . En revanche le marché évolué vers plus de concentration puisque 15 groupes en 2007 contrôlait 70% du marché alors qu'il en va tout autrement en 2012 ; l'année dernière 4 groupes contrôlaient maintenant 45% de la production. Des groupes ont fusionné ou se sont rachetés les uns les autres. La polarisation du marché est donc importante. On se souviendra de l'achat de Soleil par Delcourt ou de l'achat de Flammarion par Gallimard et donc des marques Casterman, KSTR, Futuropolis ou Fluide Glacial.

 

Voici les 4 « Gros » et leur importance par ordre décroissant. Ils représentent 45 % de la production :

 

  • Le Groupe Delcourt avec 906 albums représente 16,8 % de la production. Il est le premier en volume et le deuxième en chiffre d'affaires,

  • Le Groupe Média-Participations (Dargaud, Le Lombard, Dupuis...) est le plus important sur le plan économique et il représente avec 783 albums ; 14,07 % de la production,

  • Le Groupe Glénat (Vents d'Ouest, Glénat, Drugstore même si ce label a été abandonné) avec 478 titres représente 8,59% du marché en production,

  • Le Groupe Gallimard avec son achat (Flammarion) devient le 4e groupe en taille avec 330 titres et 5,93 % de la production.

Vous trouverez ci-dessous les cinq meilleures ventes en 2012 :

 

  • Titeuf 13 de Zep avec : 1 000 000 d'albums,
  • Lucky Luke 5 de Achdé, Pennac et Acquaviva avec : 450 000 albums,
  • Largo Winch 18 de Van Hamme et Francq avec : 440 000 albums,
  • Blake et Mortimer 21 de Yves Sente et André Juillard avec : 440 000 albums,
  • XIII 21 de Yves Sente et Youri Jigounov avec : 350 000 albums.

Les 322 autres éditeurs se partageront les 50% restants du marché avec des volumes différents et des positionnements autres. On peut donc s'attendre à une lutte plus accrue et plus forte en 2013 et dans les années qui suivront. Les challengers ayant grossis même si, et encore une fois, le marché est très polarisé et le lectorat plus frileux à investir dans des livres compte tenu de la crise économique. Que les meilleurs gagnent et que les produits de qualités et originaux puissent apparaître dans les présentoirs de nos libraires favoris, foi d'Oncle Fumetti.

 

Merci à Gilles Ratier, le secrétaire général de l'association et à ses équipes pour ces chiffres que vous pouvez retrouver sur leur site www.acbd.fr.  

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 07:03

Le synopsis de Emannuel Proust Ed.

 

« Chez nous, à Montreuil-Bellay, près de Saumur, un camp de concentration administré par la police française a interné des tsiganes dans des conditions inimaginables. Pour réaliser cette BD document sur les « Tsiganes oubliés », le dessinateur Kkrist Mirror a rencontré de nombreux témoins encore vivants ainsi que des gens du voyage. Basé sur les travaux de l’historien de référence Jacques Sigot, ce récit rend un hommage à l’Abbé Jollec, cet homme qui s’est sacrifié pour la communauté tsigane. Profondément humaine, cette bande dessinée est un document exceptionnel sur la France et ses nomades pendant la Seconde Guerre mondiale. »

 

Tsiganes_-_Kkrist_Mirror.jpg

 

Le Vieux Fumetti a parcouru sa bibliothèque aujourd'hui. Il a déplacé un livre par ici et en a replacé un deuxième là...Puis un troisième. Il a fini par prendre en main 'Tsiganes » de Kkrist Mirror. C'est un livre de 2008. Il est paru chez Emmanuel Proust...Pourquoi écrire systématiquement sur les derniers livres sortis. Tant de livres n'ont pas pu ou n'ont pas assez pu rencontrer leur public. On remet cela donc...Ce livre nous raconte la vie de tsiganes pendant l'occupation. On sait tous ou en tout cas on espère tous que chacun sait que les tsiganes ont été persécutés par les nazis mais pas que par les nazis. Des français ont malheureusement pu montrer à cette occasion une nature peu élégante de leur comportement. Cette histoire nous présente le quotidien de ces êtres épris de liberté qui se retrouvent enfermés et qui sont maltraités. Le talent très particulier de Kkrist Mirror,

ses dessins charbonneux et ses planches bien découpées nous présentent cette phase peu glorieuse de certains de nos compatriotes de la seconde guerre mondiale et le camp de concentration de Montreuil Bellay. C'est un livre-témoignage et une œuvre ambitieuse qu'il faut découvrir ou rédécouvrir.

 

tsiganesplanche1.jpg Tsiganesplanches2.jpg

 

Kkrist Mirror est marqué par les deux guerres. Il fait les Beaux Arts et étudie les Arts Plastiques. Il collabore avec Libération et Rock & Folk. Il propose ses BD à Métal Hurlant. En 1982 il publie chez Les Humanoïdes Associés. Il reçoit le grand Prix de la ville de Paris pour Akromégalie. Il est ensuite pigiste pendant 10 années. On signalera plusieurs livres notamment un sur les Gitans ou d'autres aux contenus sociaux comme Amiante chronique d'un crime social ou En chemin elle rencontre sur les violences faites aux femmes, deux œuvres partagées avec d'autres auteurs. Il est aussi entre autre un grand fan de motos qu'il dessine avec tout son talent.

 

kkrist-mirrorportrait.jpg 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 10:01

Le synopsis de Glénat :

 

« The Wild Bunch, les Dalton, les Molly Maguires ou encore Butch Cassidy, tous ces noms sont réputés pour être ceux des plus grands hors-la-loi de l’Ouest américain. Mais le monde connaît moins le nom de celui qui les a pourchassés pendant des années... Un homme qui n’a jamais lésiné sur les moyens pour arriver à ses fins, n’hésitant pas à verser le sang et semer les cadavres pour servir la justice. Allan Pinkerton, père de la police moderne, est encore aujourd’hui un paradoxe à lui tout seul, aussi dangereux que les criminels qu’il poursuivait et sans plus de pitié qu’eux. Ce premier volume évoque la traque de Jesse James, où l’on verra que la réalité fut moins enjouée que la chanson qui porte son nom... »

 

Pinkerton.jpg

 

Sur une base historique, le héros a vraiment existé, Guérin et Damour bâtissent une histoire solide autour d'un personnage méconnu de la jeune Histoire américaine. C'est un immigré écossais qui arrivé aux Etats Unis fait des petits métiers dont tonnelier. Il devient Shériff adjoint.

Il solutionne des enquêtes et sauve Lincoln d'un attentat. Sa carrière prend son envol à partir de ce moment. Il crée son agence de détectives qui deviendra une référence/ Ce personnage a déjà fait l’objet d’adaptation dans le monde de la BD via Lucky Luke ou Blueberry. C’est un excellent «client » pour les histoires de western et les histoires policières mélants enquêtes et actions. Guérin a su prendre ce concept à son compte et l’adapter pour un faire un sujet intéressant. Le dessin de Damour est sobre et classique. C’est agréable à lire. Les tons bleutés et ocres sont élégants. Le coloriste Paolo Francescutto a su apporter sa patte à ce bon projet. Le découpage des planches est performant. Nul doute que cette série va rencontrer son public.

 

Rémi Guérin est né en 1979. Il est un passionné de BD. Il se consacre à ses études et notamment à des études sur le cinéma et la communication. Deux rencontres l’amèneront à l’écriture de scénarios une avec Mitric et une seconde avec Corbeyran. Le voilà lancé...Viendront Explorers, Kookaburra Universe et puis City Hall...

 

 guerinremi.jpg  damour original

 

Sébastien Tessier alias Damour est né en 1972. Il est vendéen. Il entre à la Faculté d’Arts Plastiques de Bordeaux. Ses influences vont de Moebius à Toppi, Mignola ou Boucq. Il travaille avec Dupuis, les Humanoïdes Associés ou Delcourt sur divers projets. Le voilà avec Guérin aux commandes de cette série sur l’agence Pinkerton...avec Glénat.

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD