Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 21:15

Le synopsis de Casterman :

 

 

« "L' Oreille Cassée (1937) est une course poursuite palpitante. Afin de récupérer un fétiche volé, Tintin s'embarque pour l'Amérique du Sud où s'opposent toutes sortes d'intérêts : militaires, économiques, financiers. La guerre décrite dans l'album, entre le San Theodoros et le Nuevo Rico, est en fait la transposition de la guerre du Gran Chaco qui venait d'opposer, trois ans durant, la Bolivie et la Paraguay. »

 

BD-Tintin-L-Oreille-Cassee.jpg

 

 

Il est parfois agréable de revenir aux sources. L'été dans le monde de la BD est parfois faible

en sorties. Cela peut être le moment de se replonger dans sa bibliothèque, de relire un album

ou de s'acheter une valeur sûre. Oncle Fumetti, lui, s'est remis à lire un classique « L'Oreille Cassée » de Hergé. Comme vous le savez tous c'est une des aventures de Tintin. Au delà de la ligne claire, de la renommée de ce personnage emblématique de notre Art et de la célébrité de son créateur, c'est aussi un modèle.

 

Tout y est. Le scénario est très bien construit...On y retrouve des considérations culturelles et géographiques ; on se propose de découvrir un nouveau continent après L'Afrique, L'Amérique du Nord et la Chine. Hergé nous emmène en Amérique du Sud et en l'Amazonie. Tintin part à l'aventure pour retrouver la trace d'un fétiche. C'est aussi une première évocation des Arts Premiers. C'est aussi plein d'actions. Il y a de l'humour. Il y a aussi des considérations écologiques !!! Et oui avec ce professeur Ridgewell qui décide de ne plus « retourner dans le monde civilisé et de continuer à vivre parmi les Arumbayas ».

 

C'est aussi une œuvre à part dans l'univers de Tintin par des petites particularités. En effet, et on ne le sait pas forcément mais ce sixième album de Tintin est le seul avec « Tintin au pays des soviets » a ne pas avoir été redessiné à l'époque moderne pour le faire ressembler aux albums plus récents. C'est aussi un album sans le capitaine Haddock, sans Tournesol qui arrivent tous plus tard. En revanche, Dupond et Dupont sont déjà là. C'est le seul album qui présente des personnages qui meurent. La mort est inexistante chez Tintin. Enfin alors que l'on présente l'oeuvre de Hergé comme antisémite, un juif fortuné fait un cadeau à un musée de manière désintéressée. Pour le reste, il est vrai que la mise en page est classique, voire simpliste et que le personnage est parfois bavard avec de grandes bulles pleines de texte. Cela reste toutefois charmant et plaisant. On prend beaucoup de plaisir à le relire. Et le plaisir par les temps qui courrent cela ne doit pas être négligé. Bonne lecture et bonne redécouverte. 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 22:08

Le synopsis de Indeez :

 

 

« À l'âge de 6 ans, Richie Reese est la star de toute une génération, l'égérie d'une grande marque de céréales. À 8 ans, sa carrière d'acteur est au plus bas. Sa descente aux enfers démarre. Quatre ans plus tard, incompris, rejeté, humilié, il trouve le réconfort dans la violence. Le cinéma et la télévision seront son école. À 17 ans, il intègre la mafia et devient rapidement le meilleur tueur d'Hollywood. Aujourd'hui, il bosse à son compte, carnet d'adresses et compte en banque bien remplis. Mais sa dernière folie et son goût pour la mise en scène vont le mettre sur le gril. Acteur, tueur à gages… Qui pourra stopper Richie Reese, le HOLLYWOOD KILLER? »

 

Hollywood_Killer.png

 

Indeez la petite maison d'édition de Chilly Mazarin nous propose une trouvaille. En effet, Fabrice Sapolsky et Ariel Olivetti nous ont concocté un petit bijou de BD. Elle a tout d'une grande. Le scénario est bien pensé. Aller coller une histoire de tueur dans le milieu hollywoodien est une bien bonne idée. On sait que les deux auteurs ont travaillé dans une grande maison des USA. Cela se sent. C'est bien ficelé et tout y est. Le dessin est précis et cet argentin de Olivetti est indécent de talent. Il dépoussière le comic et le met à la française. Sapolsky qui n'est pas à son premier essai mène la barque avec brio. Le Vieux Fumetti n'est pas loin de penser que cette doublette a de l'avenir et que Indeez tient là une pépite. La BD est sortie en juin mais le Vieux n'avait pas eu le temps d'aller jusqu'à chez son libraire habituel...Vous savez ce que c'est, il faut sortir le solex, le démarrer. Bref, pas eu le temps le fossile. L'erreur est réparé. Prenez le temps de lire cet opus, il y en aura d'autres. C'est à ne pas louper.

 

Fabrice Sapolsky (à gauche) est né en 1970 à Paris. Il est scénariste. Il est aussi éditeur, directeur de collection. Il a travaillé avec la Marvel. Au milieu des années 2000, il remet au goût du jour Spider man Noir. Il est publié par la Maison Mère directement aux Etats Unis. Depuis 2010, il publie un livre par an chez Jungle, chez Atlantic BD. Le voici chez Indeez.

 

Ariel Olivetti est né en 1967 à Buenos Aires. Il étudie à la faculté de Graphic Design de sa ville. Il travaille ensuite avec la Marvel sur des projets comme Sabretoth, Punisher, Cable, X Men...Bref un tout bon.

 

Fabrice_Sapolsky-Strasbulles_2009.jpg  Ariel Olivetti-Strasbulles 2009(1)

 


Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 16:44

oesterheld_hc1.jpg_869080375.jpg

 

Il y a une Bande Dessinée sud-américaine. On le sait si on a un peu de «bouteille » comme le Vieux

Fumetti mais ce n'est pas forcément une évidence pour chacun. On connait déjà Alberto Breccia, Hugo Pratt, Jorge Moliterni ou  Francisco Solano López. Il y a maintenant une jeune génération emmenée par le fils Breccia , le prénommé Enrique. Oncle Fumetti a envie aujourd'hui de s'attarder sur un scénariste mais quel scénariste ; Hector German Oesterheld.


Il naquit en 1919 à Buenos Aires. Il était géologue de formation. Très vite il se consacre à l'écriture de scénarios. Dès 1951 il écrit des Bandes Dessinées. Il fonde en 1957 la maison d'édition «Frontera ». Alberto Breccia qui lui est argentin comme lui bien que né à Monteviedo, et Hugo Pratt, italien y travailleront. Beaucoup ignorent que le créateur de Corto Maltese a bien avant ce personnage majeur de notre Art, collaboré avec Oesterheld sur des projets tels que ; El Sargento Kirkou encore Ernie Pike.


 

Ce scénariste de génie n'eut pas une vie facile. Celui qui nous donna une soixantaine d'oeuvres dont certaines furent majeures, fut persécuté pour son engagement sous la dictature de la junte argentine. Sa famille, ses filles notamment furent enlevées et assassinées. Il est enlevé et il disparaît dans les centres de détention. On perd sa trace vers 1977. Il reçoit en 1980 le Prix UNICEF de l'oeuvre de Bande Dessinée au 14e salon international de Lucques à titre posthume. Il est malheureusement trop peu publié. L'Oncle vous recommande les lectures de Vida del Che, une biographie de Guevara dessinée par Enrique et Alberto Breccia. Il y en a bien d'autres. Mais qu'attendent les éditeurs ???

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 15:59

 

Depuis 2007, le collectif Kronik nous livre son opus bi-annuel. Le numéro 9 est paru. La fine équipe nous livre sa créativité et ses travaux. C'est sans concession. Une vingtaine de créateurs enchaînent leurs travaux d'un numéro à l'autre. Chacun de se renouvelle. On retrouve Jokoko, Jean Jacques Sanchez, Méli, Gromain..Et bien d'autres. C'est un laboratoire. Créateur comme lecteur, chacun y trouvera son compte. Tous les collectifs et les fanzines permettent aux talents de s'exprimer et d'être lus et vus. Celui-ci n'échappe pas à la règle. Reste à ces talents à exploser, on ne doute pas une seconde que cela va arriver. A découvrir si ce n'est dèjà fait. 

 

fanzines_couv_kro9-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 13:45

Le "Top BD des Bloggeurs" a demandé à Oncle Fumetti de les rejoindre. Il s'agit d'un groupement d'une trentainde de blogs sur la BD qui écrivent des articles sur les livres et les parutions du 9ème Art et les notent Oncle Fumetti a été sollicité et répond présent. Ce groupement entre dans sa quatrième année. Et Youpi !!!!

 

topbd_2013.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 15:42

Aujourd'hui Oncle Fumetti se propose de vous faire connaître encore un peu mieux Tony Valente le dessinateur de Radiant sorti chez Ankama le 4 juillet...

 

Bonjour Tony Valente. Vous êtes une des valeurs montantes du manga en France mais vous n'êtes pas forcément connu de tout le monde. Présentez vous à nos lecteurs !!!

Salut salut! Je suis auteur de bd depuis 10 ans maintenant, j'ai oeuvré en tant que dessinateur/coloriste et parfois auteur complet sur d'autres séries bd auparavant, mais Radiant est mon tout premier manga. Le premier d'une looooongue série j'espère!


Question traditionnelle mais comment êtes vous venu à la BD et plus particulièrement au manga ?

 

En fait, je n'ai pas arrêté de dessiner depuis que j'ai su tenir un crayon. On passe tous par ces activités quand on a 1 ou 2 ans, moi je n'ai pas lâché ! Raconter en faisant des dessins m'a passionné dès le départ... Après, c'est à la découverte des dessins animés à la télé, puis des mangas papiers que le déclic s'est opéré... J'ai aussi mis le nez un peu plus tard dans la bd française et quelques titres de fantasy (notamment Lanfeust de Troy) ont orienté mes premiers travaux. Mais si la bd française me plaît beaucoup, c'est vraiment le manga qui m'a toujours titillé et le retour aux sources était inévitable! Radiant est donc né !


 

TonyValente

 

 

Pourquoi le manga ? Est-ce une histoire de format, de style ?

 

Une question d'affect tout d'abord! Comme je le dis plus haut, le manga c'est mon premier contact avec les histoires. Et maintenant que j'ai pu m'essayer aux bd et aux mangas, je peux dire plus précisément que pas mal de liberté est apportée par le format en lui même: la densité du volume permet vraiment de raconter beaucoup de choses et permet surtout de s'attarder sur le développement des personnages, phase qui me passionne le plus! Bon, et puis mettre des longues scènes d'action n'a rien pour me déplaire non plus :p

 

Quels sont vos maîtres dans votre domaine artistique ?

 

 

 

Il y en a pas mal...Pour citer les principaux: Tout d'abord Toriyama avec Dragon Ball! Quoi qu'il dessine, il y a du charme dans son dessin, on le reconnaît entre mille. Et puis il est hilarant, ça aussi j'adhère à fond! Il y a eu égelement Tarquin et Arleston pour Lanfeust de Troy, j'ai adoré leur manière de nous planter un univers au travers du vécu des personnages. J'avais l'impression qu'ils allaient sur Troy et nous ramenait un carnet de voyage un peu romancé. Et les rebondissements incessants étaient complètement foufous, je n'étais pas habitué à ce genre de récit, ça m'a transporté !


 

Radiant1 1440x900

 

 

Aujourd'hui, mon auteur de bd favori est sans conteste Oda, l'auteur de One piece. Je pourrais tout citer: la liberté dans le dessin, la caractérisation des personnages, la complexité du récit mais en même temps la légèreté avec laquelle on peut le lire, les blagounettes qui me décrochent la mâchoire, les scènes dramatiques qui me tirent une larme... Tout ça me bluffe à chaque fois! Côté dessin pur, c'est Yusuke Murata en ce moment qui me plaît beaucoup, l'auteur de Eyeshield 21 et One PunchMan. Il est dans la lignée de Toriyama, avec un charme fou dans ses personnages, tout en ayant une maîtrise du dessin technique qui met une claque à tout le monde. Et ses couleurs!!!

Pour fini, je suis obligé de citer un pilier de mes références actuelles: Alexandre Astier, auteur entre autre de Kaamelott, la série télé. Il a un sens du dialogue qui m'inspire beauuuuucoup!! Et il a une démarche dans l'écriture de son histoire, quelque chose qui est peu commun dans le paysage audio-visuel français, avec une véritable évolution du récit, des enjeux et des personnages... Ca transparaît un peu moins que la fraîcheur des dialogues, mais il maîtrise parfaitement tous les outils et les trucs utilisés par les grands scénaristes de cinéma. Bref, il est génial, je suis un grand fan !


 

radiant-3.jpg

 

 

Vous sortez en ce moment Radiant chez Ankama, votre nouveau travail. De quoi s'agit-il ?

 

Il s'agit d'une histoire qui se passe dans un univers fantasy, mâtiné de sorcellerie et d'inquisition. Le héros, Seth, est un jeune apprenti sorcier pourvu de deux cornes sur le crâne, en raison d'une infection particulière... Son but est de trouver le Radiant, source présumée des monstres qui déciment pas mal la population et qui causes les infections mystérieuses. Mais sa chasse aux monstres à une fonction symbolique, il veut montrer que, malgré son apparente différence, lui n'est pas un monstre.

 

 

On vous présente comme le grand talent actuel ès Manga. Qu'est ce que cela vous inspire ?

 

Heu...C'est vrai ça?!!

 

Si c'est le cas, ça fait plaisir... Mais ça met la pression!!

 

 

Comment travaillez vous ? A quel rythme ? Avec quels outils ?

 

Le mieux possible,

Le plus vite possible,

A la main avec plumes, feutre et papier!

 

 

Vous avez déjà un parcours riche. Parlez nous de vos précédentes réalisations. Je pense plus particulièrement à «Les quatre princes de Ganahan » fait avec Raphael Drommelschlager ou à Speed Angels avec Didier Tarquin.

 

 

« Les 4 princes de Ganahan » est ma première série, je n'y faisais que le dessin et les couleurs (sauf au tome 1 où Diane Brants était coloriste). C'était une série fantasy un peu Jules Vernienne ou disons, très éloignée de la fantasy classique à la « seigneur des anneaux ». Avec Raphaël on parlait du scénario, on le concevait à deux mais c'est lui qui avait le final cut, qui écrivait et qui créait les personnages. C'était une super expérience et cette collaboration m'a donné envie d'assumer le scénario seul par la suite. C'est là qu'est né le projet Hana Attori qui a duré trois tomes. Hana est beaucoup plus manga dans l'esprit, bien que c'était en couleur et en grand format. Mais disons que j'essayais déjà de raconter une histoire qui se rapproche de Radiant, seulement j'avais trop peu de place pour le faire! J'ai embrayé sur la réalisation de Speed Angels avec Tarquin au scénario et Pop aux couleurs. Là il s'agit d'un récit contemporain inspiré des blockbusters à super héros (ou plutôt super héroïnes). La série suit son cours en parallèle de Radiant, à raison d'un tome par an à peu près. Le tome 2 est prévu pour septembre et le 3 pour l'automne 2014 j'imagine !

 

4princesdeganahan 02   Speed-Angels.jpg

 

 

Quels sont vos influences cinématographique, musicale ou littéraire ?

 

Très peu d'influences cinéma en fait. Je ne regarde pas énormément de films et ils ne sont pas souvent orientés vers mes goûts en matière de bd! Mon préféré est peut-être la trilogie Retour vers le futur, mais allez trouver un parallèle avec mes travaux..

La musique, j'en écoute à longueur de journée mais ça n'intervient pas dans le travail!

En revanche, les romans commencent à prendre de la place dans mes influences et mes sources d'inspiration. La série « l'Epouvanteur » de Joseph Delaney et quelques autres romans de fantasy jeunesse, notamment ceux de Diana W. Jones m'ont orienté pendant l'écriture de Radiant.

 

Vous allez sur une île déserte, vous emportez cinq BD. Lesquelles ?

 

 

One piece, Dragon Ball, Yotsuba, Lanfeust de Troy, Astérix (eh oui, même si Uderzo crache sur les mangas, j'aime beaucoup les vieux Asterix)...Mais posez-moi la question dans 2 jours et je vous ferais peut être une autre réponse...

 

Quels sont vos projets à court et moyen terme ?

 

A court terme, finir de répondre à cette question. A moyen terme, aller me laver les mains et me mettre au travail, il est déjà 9H19 et je n'ai pas commencé!!!

A moins moyen terme, ou à plus long terme, raconter un max d'histoires!

J'espère avoir l'occasion de développer Radiant comme je l'entends, sur de nombreux tomes, et pouvoir multiplier les projets en parallèle... J'ai quelques idées pour de nouveaux titres, mais faute de temps je ne m'y mets pas... Peut-être que je vais scénariser pour d'autres un de ces quatre. Peut être bien.

 

 

Merci Tony Valente de nous avoir consacrer du temps à Oncle Fumetti et à bientôt.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 14:56

fredfuncken.jpg

 

Le 16 mai dernier, le dessinateur et illustrateur belge Fred Funcken nous a quitté. Il était né le 5 octobre 1921 à Verviers. Il avait collaboré avec Tintin et Spirou dès les années 1950. On lui doit des BD très réalistes de l'époque sur des personnages de capes et d'épées (Capitan), de vikings (Harald le viking) ou de personnages romanesques (Doc Silver, Le Chevalier blanc ou Lieutenant Burton).

 

Il travailla avec Le Lombard qui le publia. On lui doit également un énorme travail d'illustrations et de vulgarisations sur les costumes militaires et les armes de toutes les époques. Il travailla longtemps avec sa femme Liliane, dessinatrice et scénariste avec laquelle la complicité professionnelle était totale. Il laissera le souvenir d'un professionnel pointu et exigeant qui influença son époque et fit travailler l'imagination des adolescents qui lirent ses albums et notamment ceux sur les fameuses histoires de l'Oncle Paul.

 

  44 273638 0 HaralddeViking1HaralddeViking   9782803621460

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 17:05

Le synopsis de Glénat :

 

 

« Après avoir été couronné roi par une communauté à lui toute dévouée, un jeune singe part à la recherche de l’immortalité... Milo Manara, sur un scénario de Silverio Pisu, adapte un célèbre roman chinois du XVe siècle,Le Roi des singes, qu’il réinvente à sa manière tout en faisant de nombreux parallèles avec le monde moderne. Ainsi, les tribulations chaotiques de ce singe anthropomorphe ressemblent plutôt aux errances oniriques de Giuseppe Bergman, voire à celles de Don Quichotte. »

 

9782723494212-L-copie-1

 

Quelle bande dessinée incroyable que celle-là !!! Glénat nous offre la possibilité de nous replonger dans ce livre parue initialement en 1980. Le Grand Milo Manara nous présentait une adaptation d'un conte chinois par Silverio Pisu, Le Roi des singes. Un album de 33 ans en somme. Le travail graphique est époustouflant. Il y a une créativité rarement vue. On peut clairement se demander à quoi carburaient ces deux-là quand ils ont commis cette œuvre. Milo Manara est talentueux. Cela n'aura échappé à personne. Là, il va au-delà du talent que nous lui connaissons tous. Oncle Fumetti eut aimé être une petite souris et regarder ces deux-là lors de leurs échanges, lors de la création du livre. C'est esthétiquement beau. C'est créatif au niveau du contenu. Il y a des clins d'oeil, des sous-entendus. C'est subversif à souhait. C'est politique. C'est passionnant. On tourne les parges incrédules devant tant de créativité, de qualité et de recherche. C'est un 96 pages et c'est sorti.

 

Milo Manaraest né en Italie en 1945. Il est scénariste et dessinateur. Il est un des chefs de file

de la Bande Dessinée érotique. Il collabore à une époque avec un autre géant ; Hugo Pratt. Il a travaillé avec des pointures du métier ; Alejandro Jodorowsky, Fédérico Fellini, Chris Claremont, Wilburt Smith mais aussi avec quelques fameuses maisons ; Dargaud, Albin Michel, Casterman, Les Humanoïdes Associés...

 

Silverio Pisuest à Rome en 1937. Il se met à scénariser des BD en 1971. Il est issu d'une famille d'artistes. Il est tout à tour comédien, chanteur. C'est dans l'écriture qu'il se réalise le plus.Il créé Tony Boy avec Nadir Quinto qui paraitra en France dans Akim. C'est une référence dans son métier en Italie. Il nous quitte le 31 janvier 2004. 

 


Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 06:57

Le synopsis de Glénat :

 

 

«Ce volume nous emmène avant l’expédition de Burton aux sources du Nil. Après un scandale au Pakistan, il est contraint de quitter les Indes. Il décide alors d’entreprendre le pèlerinage à La Mecque, pour rapporter à la Société royale de géographie des données alors indisponibles : la localisation même de la ville sainte était encore inconnue en Occident. Burton se fait passer pour un derviche, puis pour un médecin afghan. Il est infiltré en profondeur mais court le risque d’être massacré s’il est reconnu comme Occidental, d’où une franche ambiance de paranoïa... »

 

9782723481939-L

 

Après l'expédition aux sources du Nil avec John Speke, Burton nous relate son voyage à La Mecque. Il fut le premier occidental à s'y rendre. Bien évidemment à une époque aussi ancienne un catholique et un éuropéen de surcroît n'y avait pas sa place. Ce diable de personnage par sa culture linguistique et sa hardiesse, d'aucuns diront sa folie y alla déguisé en afghan. Il ramena une étude incroyable. Ce livre nous donne accès et illustre les aventures et le récit de ce personnage du XIXème siècle. C'est passionnant. L'atmosphère de suspicion autour de cet explorateur est bien rendu. Il n'est pas certain que les honneurs qui lui sont dus en tant que chercheur et scientifique l'aient été. Cet album nous en donne l'occasion. Le dessin est précis et la mise en page intéressante. Le changement de dessinateur n'a pas affecté le dynamisme de l'ensemble. Ce n'est pas qu'un livre sur la géographique. C'est aussi un formidable livre d'aventures. Il y a de l'action et des personnages puissants. Cela se lit comme une BD classique. C'est agréable. Les deux livres peuvent se lire séparément ou ensemble. N'hésitez pas à lire le livret en fin de livre sur ce personnage illustre et méconnu. L'album est sorti.

 

 

Alex Nikolavitch est né en 1971. Il a traduit nombre de comics américains, notamment des albums de Grant Morrison ou de Warren Ellis. En tant que scénariste, on lui doit «La dernière cigarette » ou « Spawn Simony ». Il a collaboré avec Vertige Graphic ou Les Humanoïdes Associés. On lui doit l'essai « Mythe & Super-Héros ». Il a travaillé sur le tome 1 de Burton comme scénariste. Il poursuit son travail sur le tome 2.

 

Christian Clot est un explorateur. Il organise et participe à des expéditions extrêmes dans des conditions extrêmes. Il est conseillé technique sur cet album.

 

Lionel Martyest né en 1971 à Aurillac. Il a un début de carrière chaotique. Il sort une première série qui fait date dans le début des années 2000 ; Mort Linden qui travaille avec Eric Omond.

Il a actuellement le vent en poupe car le voilà plus prolifique depuis 3 ou 4 années avec Dupuis ou Glénat. Il signe le dessin de cet album.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 15:21

Le synopsis de Dargaud :

 

 

«Dans ce troisième tome de Valentine, Vanyda expose sa jeune héroïne à l'une des plus grandes épreuves de l'adolescence : l'entrée au lycée ! La bande des quatre filles se retrouve éparpillée. Valentine n'est pas la plus chanceuse, quand on voit les boulets de sa classe ! Mais peut-être serait-il temps de ne plus s'arrêter aux apparences ? Juliette, une jeune fille cool, ouverte aux autres et curieuse, pourrait lui montrer que ce n'est pas si compliqué. »

 

9782505017905-couv-I400x523.jpg

 

Ah l'entrée au lycée !!!.. Un cap que dis-je, C'est un cap ? C'est une pénincule...Bon Le Vieux Fumetti s'égare. L'entrée au lycée, c'est toujours un moment difficile pour nos jeunes. Ils jouent les fiers avec leurs smartphones, leurs pages Facebook ou Twitter mais ce n'est pas facile. Changement d'univers. Changement de profs. Changement de camarades. C'est ce qu'à souhaité

montrer Vanyda. Elle fait tout la Miss de Casternaudary. Elle scénarise. Elle dessine et elle colorie. Elle nous propose une jolie chronique illustrée de l'adolescence qui s'écoule doucement. Elle en est au tome 3 des aventures de Valentine. Cela rappelle des souvenirs aux vieux et cela fait sourire les intéressés qui se reconnaîtront dans ce portrait croisé et charmant. Un joli travail d'analyse des rapports humains à un age difficile où l'on cherche à se situer. C'est bien fait et bien vu. Un joli livre à partager. Il est sorti le 5 et c'est un 96 pages.

 

Vanyda est née en 1979 à Castelnaudary. Elle a fait ses études à l'académie de Tournai. Une référence.Elle est installée à Lille et travaille dans un atelier avec ses camarades de promo : Duprat, Bolvin et Delestret. Elle est primée notamment, en 2004 au Festival de Darnétal, cher à Oncle Fumetti ; pour son travail sur « L'immeuble d'en face ». Une artiste confirmée en somme.

 

album-cover-large-16967   9782505016571-couv-I400x523.jpg   

Partager cet article
Repost0
Published by Oncle Fumetti - dans BD